EL ROCIO

 

Découvrez la playlist rocio1 avec Raya Real

 

Dans la plaine du delta du Gualdiquivir, entre Sevilla et Huelva, en bordure des marais du parc de Doñana vous trouverez le village de Almonte

C'est sur le territoire de cette commune d'Almonte que se trouve le plus célèbre des lieux de pélérinages andalous :l'ALDEA DEL ROCIO

A la Pentecôte, c'est par centaines de milliers que les pélerins, venus essentiellement d'Andalousie, convergent vers ce lieu symbolique de la foi andalouse ou rites sacrés et païens sont intimement liés.
Les pélerins (Rocieros) effectuent le pélérinage (camino del Rocio), au départ des confrèries (hermandades) de leurs villes respectives. Leur but : arriver à "l'ERMITA DEL ROCIO"


Les rocieros se déplacent à pieds, hommes, femmes et enfants, accompagnant des charriots, tirés par des boeufs, charriots dans lesquels se trouve l'intendance car, pour certains, le camino del Rocio dure plus d'une semaine.

La longue marche est ponctuée de repas, de chants religieux ou profanes, les étapes regroupent tous les membres d'une même hermandad autour d'un feu de camp, et pour tous et toutes, la nuit est souvent très courte.



Peu à peu, les différents caminos del Rocio convergent pour aboutir à l'entrée de ce hameau ou se trouve le sanctuaire abritant la VIRGEN DEL ROCIO (Vierge de la rosée)

Alors, ce qui est le reste du temps un hameau quasi-désert, voit déferler en quelques heures près d'un million de pélerins (parfois plus).


Chaque groupe de pélerins rejoint le siège de son hermandad (voir la dernière photo), qui se révèle trés vite être bien trop petite pour abriter tous les membres, et c'est dans la "rue" que s'organisent les différentes hermandades (plus d'une centaine).

Les marais du Parc de Doñana, sont là ... sur l'esplanade, à quelques mètres du sanctuaire et il n'est pas rare d'y voir des flamands roses.

Je place là, la chanson "symbole" de cette vénération pour la "Vierge de la Rosée", il vous appartiendra de lancer le morceau de musique.
Il existe une infinité de versions de cette chanson, certaines au caractère plus sacré, d'autres carrément festifs. Il n'est pas rare d'entendre ce morceau joué dans les plus grandes fêtes populaires d'Espagne, comme celles de Pampelune, où il est alors repris en choeur par les fêtards, sans jamais galvauder l'air ou les paroles. Pour être franc, je ne peux jamais entendre ou chanter (et oui!) cette chanson sans avoir "los pelos en punta"... son titre :

Dios te salve Maria ...


N'oubliez pas de couper la musique précédente avant de lancer le nouveau morceau... merci !


 

 

 

Objet de cette vénération, unique raison d'être du sanctuaire del Rocio, à l'intérieur, sur le maître autel, se dresse la statue de la

Virgen del Rocio

Je vais tenter en quelques mots de vous décrire la passion, pour ne pas dire la folie qui s'empare des rocieros lorsque vient l'heure de sortir à l'extérieur du sanctuaire l'icône sacrée.

C'est le curé de la paroisse d'Almonte qui détermine ce moment lorsque les rayons du soleil traversant les vitraux de la nef, viennent frapper le visage de la statue, aux alentours de midi.

Sur la photo précédente, vous distinguerez une grille en fer entourant l'autel, elle est haute de près de deux mètres, et est censée protéger la vierge des assauts de ses admirateurs.

En fait, dans les minutes qui précèdent l'instant ou la lumière viendra frapper la statue, ce sont plusieurs dizaines de rocieros, jeunes et vigoureux, qui assaillent cette dérisoire barrière, chacun voulant avoir l'honneur de porter "SA" Virgen, pour lui même et pour son hermandad.

Dans les secondes qui annoncent le rayon de soleil, les rocieros sautent la barrière et, dans une mêlée indescriptible, s'emparent de la statue posée sur son "trono".

C'est à bout de bras que l'ensemble, qui pèse plusieurs centaines de kilos est portée hors de son autel.

Entre-temps, un charriot en bois, aux roues pleines et tiré par deux boeufs a été poussé, pour ne pas dire hissé dans l'allée centrale du sanctuaire. C'est sur ce charriot que les rocieros déposeront la statue vénérée, et que celle-ci sera sortie du sanctuaire pour commencer son périple dans l'Aldea del Rocio.


Il est totalement illusoire, pour un "touriste" de penser pouvoir pénétrer dans ce lieu au cours de cette cérémonie.

En dehors de ce pélérinage,et de quelques autres fêtes de moindre importance, l'Aldea du Rocio est quasimment déserte, la plupart de ses maisons sont fermées et vides d'occupants.


Les lieux font immanquablement penser à un décor de far-west, avec les rues de sable et terre battue, les barrières devant les constructions pour attacher les chevaux.


Plusieurs "boutiques" proposent aux visiteurs les éléments vestimentaires capables de transformer un ou une touriste en véritables andalous/se.

Le cheval est roi dans cette région de l'Andalousie, et si vous le voulez, vous pourrez acheter une authentique carriole de rociero.


Le siège d'une hermandad, en l'occurence celle de Palos de la Frontera. Il existe plus d'une centaine de ces hermandades, plus ou moins "luxueusement" installées dans le hameau.

 

Voilà, vous savez l'essentiel d'El Rocio et du pélérinage qui s'y déroule ... Il ne vous reste plus qu'à vous y trouver un jour, autour de la fête de Pentecôte, et vous pourrez vivre ce que je viens de tenter de vous résumer.


 

... Dios te salve Maria ...



20/04/2010
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres